Skip to content

Mosquée de Gamilly : y’a t-il de la manip dans l’r

17 décembre 2012
Quand le cultuel se cache derrière le cuturel

Quand le cultuel se cache derrière le cuturel

En tant que républicains laïques, nous n’avons rien contre nos voisins turcs à Vernon à qui nous reconnaissons le droit de pratiquer leur culte dans de bonnes conditions. Si l’annonce d’un projet de construction de mosquée suscite des questionnements, des inquiétudes voire des polémiques ou pire, des procès d’intention non dits, des tensions tues, c’est avant tout la faute de nos gouvernants qui ont imposé une politique communautariste en France et des élus qui en relaient la logique perverse dans nos villes.

Pour un dialogue ouvert

Attaché à la souveraineté du peuple et à sa vertu d’assimilation historique, nous pensons que c’est d’abord par le dialogue direct, humain, nourri et informé entre citoyens que l’articulation entre les facteurs de division, identités, religions, origines peut s’harmoniser. Surement pas par des slogans idéologiques « droitdelhommistes » ou des menaces de poursuites « anti-racistes ». Or le premier moteur de cette interaction, c’est le travail, l’entreprise, l’emploi et ce moteur est en panne, l’économie entre en récession  On harmonisera pas par le « culturel » une société qui se fracture économiquement en mettant de fait des communautés en concurrence. Encore moins par le « cultuel », facteur explosif en général, s’agissant d’une religion, l’islam en particulier, qui confond spiritualité, droit civil, économie et politique.

S’agissant de cette mosquée, il eut été sain de clarifier au yeux de la population l’objet réel et le périmètre d’activité d’une association communautaire : quel culte, quelles pratiques, quels enseignements, quelle culture et quels implications sociétales ou économiques. Pourquoi un culte turc et pas maghrébin ?

Voilà des questions que nous poserons à Monsieur Karaagac, président de l’Association culturelle des travailleurs turcs.

Contre l’opacité et les calculs malsains

La participation des élus socialistes en place à la recherche d’un terrain susceptible de favoriser la construction d’une mosquée n’étonnera pas quiconque a lu un certain rapport Glavany / Bouzar sur la conception de la laïcité du PS et observé partout en France, son élan zélé vers la ré-islamisation des communautés locales d’origines ou de cultures étrangères.

Il n’est évidement pas anormal ni en rien illégal que la mairie intervienne pour cadrer un projet privé de construction émanant d’une association, cultuelle ou non. On constate tout d’abord qu’au moment d’instruire un permis de construire, elle le fait sans concertation ouverte, à l’insu des élus de l’opposition et surtout des citoyens. A commencer par les riverains.

On s’étonne d’apprendre que le terrain initialement choisit par l’association cultuelle turque a été écarté par la mairie pour le réorienter vers Gamilly.

L’islam et le communautarisme sont des sujets dits sensibles : on prêche tout un tas de valeurs d’humanisme et de tolérance, mais on traite dans l’entre-soit. Sans doute parce qu’on n’est pas au clair avec justement, les vrais valeurs de la République Française, sans doute parce qu’on sait qu’on va tordre de cou à la Loi de 1905 sur la Laïcité.

Nous nous associons à l’interpellation au maire M. Nguyen Than formulée par B.Touchagues sur ce thème en conseil municipal (démeurée sans réponse) et par Sebastien Lecornu dans sa lettre ouverte :

Depuis combien de temps aviez-vous connaissance de ce projet et quel a été le rôle exact de la municipalité ? Le terrain appartiendrait au bailleur social Eure Habitat, structure dans laquelle vous êtes le vice-président. Sa mise à disposition correspond-elle à une vente ou à une location ? Sur la base de quel montant et sur quelle période ?
Le projet fait état d’une dimension cultuelle mais aussi culturelle. En tant qu’autorité instruisant le permis de construire, avez-vous des informations plus précises sur les contours exacts de ce centre ?

Vigilance face à d’inombrables précédents

Nous craignons donc que puisse se rejouer à Vernon le scénario bien connu observé partout en France : pour masquer l’interdiction de financer un projet cultuel, on ajoute un r pour afficher un projet culturel. Loin de tromper les citoyens, cette démarche ne fait qu’aggraver la suspicion légitime quant aux motivations de ce soutien communautaire confessionnel. Car il démonte l’argument du seul manque de place dans le local de prière existant et attesterait d’une volonté de participation publique au renforcement de l’islam comme pôle d’implantation socio-économique d’une communauté.

Doit-on le rappeller, une mosquée n’est pas forcément qu’un lieu de prière, et l’islam n’est pas forcément qu’une religion, encore moins une « culture ».

A ceux qui prétendrait encore en douter, et indépendemant du cas Vernonnais, nous conseillons l’exposé éclairant d’Alain Wagner dans la video suivante :

L’ICI, anatomie d’un viol de la loi de 1905 (conférence UDCC – Alain Wagner)

Publicités

From → Laïcité

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :